Les Timbres de Suisse
Depuis longtemps, la collection de timbres est considérée comme l’une des populaires . La philatélie est une quête de l’édition spéciale. Ces bouts de papier dentelés ou non, aux couleurs défraîchies, rappelant les premiers temps des services postaux ou certains événements, peuvent se vendre à des prix élevés.

Collectionner les timbres Suisse
Il y a bien des façons d’envisager une collection de timbres Suisse: on peut opter pour des timbres neufs (non oblitérés), ou d’une époque donnée telle que le XIXe siècle par exemple, ou par types tels que les timbres de poste aérienne, on peut aussi les acheter par carnets, avec enveloppes, ou bien seuls. On peut également les classer par thèmes (animaux, histoire, monuments etc.).

Les premiers timbres suisses
Le premier canton suisse à émettre des timbres fut celui de Zurich en 1842, pour une distribution postale se limitant au canton. Six ans plus tard, la Suisse devenait une confédération, et les premiers timbres fédéraux furent émis en 1850. Leur valeur variait en fonction de la distance. Ces timbres atteignent aujourd’hui des cotes inestimables. Très rares, ils s’échangent à des valeurs comprises entre 14 000 et 270 000 Francs suisses pour le fameux “Double de Genève”, émis en 1843 et vendu à ce prix aux enchères en 2010.

La collection de timbres est-elle passée de mode ?

Toutefois, ce n’est pas parce que vous possédez quelques timbres suisses du XIXe siècle que vous avez forcément une fortune entre les mains. Certains, produits en très grande série, ne valent guère plus d’1 €, même vieux d’un siècle et demi. De nombreux collectionneurs de timbres ayant bradé leurs collections, saturant le marché et faisant chuter les cotations.
Mais on peut collectionner des timbres pour autre chose que leur valeur marchande. Par exemple, les timbres “spéciaux” émis chaque année par la Poste suisse : en forme de disque vinyle (que l’on peut jouer !), ou de tablette de chocolat (avec l’odeur !).