Tapis du XIXème
En plus de mettre de la couleur et de la chaleur dans une pièce, un tapis du XIXème siècle est un investissement durable.

Caractéristiques d’un tapis du XIXème
Au XIXème siècle, plusieurs régions se sont distinguées pour la qualité de leurs tapis. En Chine, les tapis sont noués avec des nœuds persans. Les motifs floraux et religieux sont très représentés. En France, la Savonnerie fabrique des tapis qui représentent des scènes mythologiques. Ils sont exclusivement réservés à l’État.    
Les tapis persans sont faits à l’aide de nœuds asymétriques. Ils sont faits en laine de chèvre ou de mouton. De fait, ils sont drus et rêches au toucher. Fabriqués par les nomades pour se protéger du froid en hiver, les tapis persans ont des motifs très serrés.
Quant aux tapis berbères, ils sont faits en laine et ont des motifs stylisés très facilement reconnaissables. Franges, losanges et lignes brisées symbolisent différents passages de la vie.
Au XIXème, les colorants et les matières synthétiques n’existaient pas. Tout tapis coloré artificiellement a été produit après les années 1860/1870. De plus, ceux du XIXème ont des couleurs chatoyantes alors que les tapis du XXème siècle utilisent une palette de couleurs pastel. 

Estimer la valeur d’un tapis
La valeur d’un tapis peut aller de 200 à 2000 €, voire plus pour des modèles de luxe. Le prix est fixé en fonction d’un certain nombre de paramètres. À partir de 700 €, on commence à trouver des tapis authentiques et de qualité.
Le type de nœud ainsi que la densité sont très importants. Plus les nœuds sont serrés, plus le rendu des motifs sera fin. De plus, un tapis du XIXème aura été noué à la main donc vaudra plus cher qu’un tapis contemporain fait à la machine.
L’expression artistique est aussi très importante. Plus les motifs sont élaborés, plus l’agencement des couleurs est harmonieux, plus le tapis vaudra cher. Cela dépend uniquement du savoir-faire de l’artisan.
 

Donnez votre avis - la page s'ouvre dans une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet