Anciens projecteurs et écrans photo
Vous avez retrouvé dans un grenier d’anciennes bobines de films sur pellicule ou des boîtes archives de diapositives. Malheureusement vous n’avez pas d’appareil ni d’écran pour les projeter, ou si l’appareil existe, il vous paraît hors d’état ou difficile à utiliser. Ou bien les films ou diapos sont secs et cassants et vous craignez de les abîmer en les passant.
À notre époque de formats vidéo numériques, le cinéma “à l’ancienne”, la photo argentique ou la diapositive ne sont pas morts, bien au contraire. Ils ont résisté au déferlement du numérique.

Des formats toujours en circulation
Si les formats 16 mm (celui des cinéastes amateurs et des reportages télévisuels) ou 35 mm (celui des films projetés en salle) ont peu à peu disparu au profit du numérique, les formats 8 mm, super 8 ou 9,5 mm ont toujours leurs adeptes, leurs clubs et leurs festivals. Il est encore possible de trouver de la pellicule neuve, et plusieurs compagnies (Kodak, Logmar, Ferrania) se remettent à fabriquer des caméras super 8.
Quant aux projecteurs, les marques autrefois réputées, Beaulieu, Emig, Pathé, Bauer, Zeiss Ikon, n’en fabriquent plus, mais leur robustesse et leur facilité d’utilisation font que nombre de ces appareils fonctionnent encore, même vieux de plusieurs dizaines d’années.
Si une lampe venait à griller ou une courroie à rompre, cette industrie de passionnés est assez vivante pour trouver facilement des accessoires et pièces de rechange.

Projecteurs de diapositives
Les projecteurs de diapositives, à l’unité, en ligne ou en carrousel, à télécommande ou non, peuvent se trouver d’occasion sans peine, à partir de 15 € jusqu’à plus de 300 €, selon la marque, l’état et la sophistication de l’appareil. Et des marques comme Agfa, Leica, Rollei ou Prestinox en fabriquent toujours, bien qu’elles aient tendance à s’effacer devant les vidéoprojecteurs, qui eux peuvent se connecter à un ordinateur.
Il est toujours possible, si l’on veut conserver en bon état ces précieuses reliques, de les numériser soi-même ou les faire numériser par un spécialiste. Mais les revoir sur une TVHD (Télévision Haute Définition) ou sur un écran d’ordinateur n’aura pas le même charme rétro qu’un drap blanc tendu sur un mur et un projecteur qui ronronne en diffusant son faisceau tremblotant.