Le tri par Pertinence est un algorithme de classement basé sur plusieurs critères dont les données produits, vendeurs et comportements sur le site pour fournir aux acheteurs les résultats les plus pertinents pour leurs recherches.

1-48 sur 2 281 résultats

Machines à écrire de collection
À l’heure de l’ordinateur, de la reconnaissance vocale, qui se souvient encore qu’à l’origine, il y avait les machines à écrire ? Depuis la Japy ou l’Hermes portable jusqu’au premier PC, en passant par la fameuse IBM électrique à boule ou certains appareils hybrides, de marque Xerox, Olivetti ou Canon, déjà dotés d’une mémoire (quelques Ko) et d’un écran affichant une ou deux lignes. 

La machine à écrire meuble l’imaginaire des amateurs de “polars” des années 50, avec son cliquetis caractéristique et le “ping” du chariot arrivant en bout de ligne.

La machine à écrire, une histoire d’amour ?
Les “mécascriptophiles” (amateurs de machines à écrire) ne les collectionnent pas pour leur valeur financière, maisais plutôt parce qu’elles évoquent, tout comme on se met aujourd’hui à collectionner des calculatrices vintage.
La toute première machine à écrire date de trois siècles (Henri Mill, 1714), mais ce n’est qu’à la fin du XIXème siècle qu’elle a commencé à se répandre dans les administrations, grâce au gain de temps qu’elles permettaient. Les écrivains n’ont pas tardé à y trouver de nombreux avantages. Ainsi le premier roman tapé à la machine fut Les Aventures de Tom Sawyer de Mark Twain, en 1876.
C’est à cette époque que sont apparues les marques célèbres : Remington, Underwood, Corona. Sortie en 1935, l’Hermes Baby, machine portable, est devenu l’outil de travail de nombreux journalistes et écrivains (Hemingway, Steinbeck, Kerouac). Sa production a duré jusqu’en 1989. La dernière fabrique de machines à écrire (à Mumbai en Inde) a fermé ses portes en 2011.

De 15 € à 200 € ou plus
On trouve encore facilement des petites machines à écrire portatives Underwood, Japy ou Olympia des années 70 en bon état pour 15 à 30 €, ou des machines électriques plus récentes Corona, Canon ou Adler pour à peine plus cher.
Mais les prix atteignent facilement les 150-200 € quand on vise des machines des années 30 à 50. Et atteignent 1000 € ou plus si l’on recherche des appareils insolites apparus au XIXe siècle, avant que l’usage du clavier et des barres de caractères ne se généralise.
Enfin si vous voulez vous en servir, ne restera plus qu’à trouver le ruban encreur.
 

Donnez votre avis - la page s'ouvre dans une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet