Literie du XIXe siècle
Vous aimez les meubles anciens, les matériaux nobles, la patine du temps et de l’histoire ? Votre intérieur est meublé et décoré dans un style Louis-Philippe, Henri II ou Napoléon ? Il ne vous manque plus qu’un lit datant de la même époque pour parfaire votre chambre à coucher, mais vous êtes puriste et ne voulez pas d’une imitation. Seul l’authentique vous séduit ! Heureusement, il est encore possible de trouver un vaste choix de cadres, bois et décorations de lits du XIXe siècle en très bon état et qui ont conservé tous leurs charmes d’antan !

Matériaux nobles et luxueux
Au XIXe siècle, le lit se démocratise et les premiers procédés de fabrication en série apparaissent, grâce aux machines-outils à vapeur. Si, dans les milieux pauvres, on en est encore à la “paillasse” en lin ou en bure rembourrée de végétaux, chez les aristocrates et les bourgeois, le lit est en chêne, acajou, noyer, orné de motifs en bronze ou laiton, surmonté de dais, ciels ou baldaquins, tapissé de soie ou de brocart, matelassé de coton. Les matelas à ressorts font leur apparition, les cadres métalliques (en fonte, en fer forgé ou en cuivre) se répandent dans les hôpitaux, l’oreiller garni de plumes se généralise.

Bien choisir son lit XIXe pour un confort moderne
Dormir dans un lit duchesse, à la dauphine, à la turque ou à baldaquin n’exclut pas d’y adjoindre un sommier et un matelas moderne, en mousse de latex ou de polyuréthane, ou encore à mémoire de forme. Mais n’oubliez pas que si les lits actuels ont des dimensions standard, c’était loin d’être le cas au XIXe siècle, où l’on trouve des lits de 120 x 170 cm, voire 133 x 193 cm ! Vérifiez bien les cotes du vendeur ou mesurez-les vous-même pour savoir si vous pouvez adapter votre literie. Vérifiez également que le bois est exempt de vers (trous) et que tous les éléments permettant de le monter (visserie, tenons, mortaises, etc.) sont bien présents. Enfin, si vous achetez votre lit chez un antiquaire, n’hésitez pas à demander un certificat d’authenticité.