Le tri par Pertinence est un algorithme de classement basé sur plusieurs critères dont les données produits, vendeurs et comportements sur le site pour fournir aux acheteurs les résultats les plus pertinents pour leurs recherches.

1-48 sur 5 043 résultats

Céramiques de Lunéville : des céramiques prestigieuses issues de manufactures royales 

Si vous êtes passionné de céramiques et verres ou d’objets en verre ou cristal, sans doute appréciez-vous tout spécialement les céramiques françaises. Si la porcelaine de Paris peut être particulièrement recherchée, d’autres faïenceries sont également très connues, à l’image de la faïencerie de Lunéville-Saint-Clément. 

Deux manufactures royales à l’origine de la faïencerie de Lunéville-Saint-Clément 

Ce sont deux manufactures qui sont à l’origine des prestigieuses faïences de Lorraine de Lunéville-Saint-Clément : Le Lunéville et Le Saint-Clément. On peut retracer l’historique de la faïencerie en quelques grands évènements : 

- 1722 : Jacques Chambrette s’installe comme marchand de faïence à Lunéville.

- 1730 : ouverture de la première faïencerie à Lunéville.

- 1739 : reprise de la verrerie de Portieux. 

Les deux manufactures royales de Saint-Clément et de Lunéville fournissent des pièces différentes à la cour. On peut noter que la manufacture de Saint-Clément fournit notamment : 

- 2000 pots à la reine pour décorer le Petit Trianon en 1785

- Des statuettes néoclassiques

- Des faïences « terre de pipe » 

La faïencerie Saint-Clément recevra une médaille d’or lors de l’Exposition des produits de l’industrie française. La manufacture de Lunéville, quant à elle, remplace les fours à bois par des fours à charbon en 1853. En 1869, la première machine à vapeur est installée. C’est en 1892 que les deux manufactures vont fusionner sous le nom de Keller & Guérin. 

Parmi les styles très caractéristiques de la faïence de Lunéville, on peut citer par exemple : 

- Des formes très sculptées au début du XVIIIe siècle

- Des couleurs spécifiques telles que le pourpre de Cassius

- Le décor chinois qui apparaît vers 1765

- Les grès flambés et les émaux à effet à la fin du XIXe siècle
 

Donnez votre avis - la page s'ouvre dans une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet