Céramiques asiatiques
Si les vases de Chine sont certainement les céramiques asiatiques les plus connues, il existe une longue tradition artisanale et industrielle autour de cette activité en Asie. On compte essentiellement trois grands types de céramiques asiatiques : 

  • La terre cuite ;
  • Le grès ;
  • La porcelaine.

La fabrication des premières céramiques asiatiques remonte au Paléolithique. Depuis lors, les techniques et les réalisations sont passées du simple pot en terre cuite, découvert en Chine et datant de cette époque, à la porcelaine la plus fine, également découverte en Chine et datant de la période des 5 dynasties à partir du VIIe siècle. Bien que la Chine soit le pays des grandes avancées technologiques et assurément de par sa taille un des plus gros producteurs de céramique depuis plusieurs millénaires, il existe également une céramique abondante en provenance du Japon, du Pakistan et de l’Asie centrale. Par exemple, la céramique glaçurée connaît un essor important au XIIe siècle de l’Afghanistan à l’Ouzbékistan, notamment dans les arts religieux et pour la décoration des minarets. La technique de la faïence glaçurée consiste à déposer une fine couche de verre sur de la terre cuite. Elle est utilisée pour les briques de construction, les vases ou encore les assiettes. Les principales catégories de céramiques asiatiques sont : 

La gamme de prix

Les prix sont très variables et dépendent de nombreux paramètres comme l’âge, la qualité de conservation, l’origine, le type ou la rareté.
Les pièces les moins chères se négocient à partir de quelques euros à quelques dizaines d’euros. Certaines pièces très rares peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros, voire plus de cent mille euros.