Amplificateurs pour guitares électriques, basses et accessoires
Fender, Marshall, Vox, Peavey : depuis les années 60, ces marques ont bercé des générations de guitaristes. Elles accompagnent toujours des musiciens sur scène et en studio, bien que d’autres marques complètent le mur du son. 


4 types d’amplis pour guitare et basse
Selon le type de son que l’on veut obtenir, on a le choix entre 4 types d’amplificateurs :

  • Le “tout lampes” : ampli et préampli sont tous deux à lampes (triodes), rendant un son chaud, puissant en crête et offrant une saturation recherchée à fort volume. Mais les lampes sont fragiles, il faut en changer souvent. Entre 300 et 4000 €.
  • Le “tout transistors” : moins cher, plus léger et plus résistant qu’un ampli à lampes, générant un son plus “froid” mais très fidèle à volume moyen. Entre 100 et 1500 €.
  • L’hybride : préampli à lampes, ampli à transistors. Combine la dynamique des lampes à l’entrée du signal avec la fiabilité sonore des transistors en sortie. Entre 150 et 1700 €.
  • L’ampli à modélisation : le préampli numérise le signal analogique émis par l’instrument, ce qui ouvre le champ à de multiples effets acoustiques. De 40 à 300 €. C’est l’amplificateur préféré des débutants.


Comment pratiquer chez soi sans gêner le voisinage
C’est ce problème de la pratique amateur à domicile (apprendre à jouer de son instrument sans nuire au voisinage) qui a poussé de nombreux fabricants d’amplis à d’abord y intégrer des prises casque, puis à fabriquer des mini-amplis à piles pour un usage nomade et enfin à inventer le concept “d’amplug” : un micro-ampli sans haut-parleur, branché directement sur la prise jack de l’instrument, auquel on raccorde des écouteurs et qui simule tous les effets d’un ampli classique. Autour de 40-50 €.
Avec une bonne carte-son et un logiciel adapté (tels Garage Band, Pro Tools ou Cubase), votre ordinateur devient un vrai studio numérique !